Présentation de "Notre histoire"

Notre histoire

Je m’appelle Isabelle DESCHAMPS, j’ai 43 ans, je suis mariée et maman d’une petite fille de 9 ans, Juliette, et belle maman d’une grande fille, Manon, de 20 ans. J’habite à Aiffres, à côté de Niort (79) et je suis originaire de Dax dans les Landes.

Mon histoire est si particulière… Enceinte de 8 mois, en 2013, dans le tourbillon de la vie, je découvre sur mon sein droit une boule… Mon gynécologue me prescrit une échographie pour « vérifier » mais me rassure qu’il ne s’agît là que d’une modification du sein liée à la grossesse… 3 jours après, je passe une échographie. Mammographie et biopsie d’emblée… J’ai tout de suite compris.

Dès le lendemain, je me suis retrouvée au sein de l’Institut de Cancérologie de l’Ouest à St Herblain près de Nantes. Le diagnostic est vite confirmé… Cancer du sein… L’impensable rencontre entre la maternité et la maladie. J’ai commencé ma première séance de chimiothérapie enceinte, j’ai accouché par césarienne de ma merveilleuse petite Juliette le 25/04/13, et une semaine après l’accouchement, je continuais mes traitements : 5 séances de chimio, l’ablation du sein droit, 30 séances de radiothérapie, 2 opérations de reconstruction. En 2014, le mot tant attendu « rémission » a été prononcé et la vie a vite repris le dessus.

Malheureusement, en 2017, alors que je rêvais d’un deuxième enfant, lors d’un contrôle, les médecins m’ont découvert une récidive de mon cancer du sein localisée au niveau pulmonaire. Grâce à la prise en charge et réactivité exceptionnelle de mon oncologue, j’ai reçu 18 injections de chimiothérapie et j’ai subi une annexectomie bilatérale (ablation des ovaires & des trompes car mon cancer était hormonodépendant). J’ai eu la chance inouïe de pouvoir bénéficier d’un test clinique (thérapie ciblée) associée à de l’hormonothérapie. Cette double approche doit permettre à la maladie de se tenir à distance et tout va pour le mieux aujourd’hui.

Je suis aujourd’hui très bien suivie avec des examens tous les 4 mois toujours au sein de l’Institut de Cancérologie de l’Ouest à St Herblain et le mot « rémission » a de nouveau été prononcé.

À l’Hôpital, j’ai rencontré beaucoup de jeunes mamans touchées par la maladie, nous combattons tout cela chacune de notre côté, avec notre famille et nos amis mais nous avons tellement besoin d’exemples de personnes qui s’en sont sorties. Nous ressentons un fort sentiment de solitude face à la maladie. Ces exemples de femmes en rémission ou guéries m’ont cruellement manqué et me manquent encore.

Je dois donner aujourd’hui du sens à tout ce que j’ai vécu, je dois prendre le relais pour apporter de l’espoir à d’autres femmes qui vivent la même chose ! Chaque jour, je me dis que je suis extrêmement chanceuse d’être en rémission et la seule chose que je souhaite aujourd’hui, c’est d’aider le plus grand nombre de femmes malades… Je veux leur montrer que l’on peut vivre après un cancer, après une récidive. Qu’il y a la "Vie" au bout du combat…

Au delà de mon mari, Mickael, mes parents et mes amis, mes 2 formidables sœurs, Florence ESPATOLERO & Anaïs ALVES, m’ont accompagnée durant tout ce parcours, toutes ces épreuves. Unies par des liens de sang indéfectibles, nous avons ainsi décidé de créer cette Association contre le Cancer du Sein en 2020 intitulée "Les PrinSEINSes" avec pour objectifs de :

#prévenir #soutenir #vivre